En 2017, le magazine « Numéro spécial » m’avait demandé de rédiger un article sur le thème natal de Dalida pour commémorer les 30 ans de sa disparition. Cet article destiné à un public non initié à l’astrologie est par conséquent très « vulgarisé » afin de le rendre accessible.

 

SON THÈME ASTROLOGIQUE

©AstroQuick-Daniel Vega

 

30 ans après sa disparition, Dalida reste toujours présente dans le firmament des stars.
Authentique, à fleur de peau, elle a su nous émouvoir par la chaleur de sa voix, la profondeur de ses chansons et son aura mystérieuse. Dalida, un destin hors du commun. Mais que révèle l’étude de son thème astral sur sa personnalité ?

 

Profil psychologique

Dalida voit le jour le 17 janvier 1933 à 21 heures au Caire. Ce jour là, le Soleil, astre de la vie, du rayonnement parcourt le signe Capricorne qui a pour planète Saturne et nous verrons le rôle ô combien important que cet astre a exercé sur sa vie ! Cette signature du Capricorne marque sa nature entière, intransigeante et secrète. Son ascendant dans le signe de la Vierge exprime sa rigueur et l’importance qu’elle accorde à la pensée, aux échanges. Dalida a besoin de comprendre, d’approfondir, le moindre détail a pour elle toute son importance. Ce qui met en valeur son perfectionnisme et le souci de ne rien laisser au hasard. D’une nature concrète, elle sait garder le contrôle sur ce qui l’entoure. Mercure à sa naissance se trouve aussi dans le signe du Capricorne. Mercure en astrologie symbolise la communication, l’intellect, le raisonnement, etc.. Cette présence planétaire renforce sa pensée, l’amène à devoir se consacrer entièrement à ce qu’elle fait. Elle n’est pas la femme de la demi-mesure…

Non loin de son signe ascendant Vierge, se trouve le duo Jupiter Mars. Cette conjugaison planétaire lui donne cette extraordinaire énergie, ce magnétisme indiscutable ! Dalida renaît de ses cendres, se relève après chaque épreuve, et nous verrons plus loin que la vie ne l’a pas épargnée sur ce point. Puis, juste au-dessus de la ligne d’horizon de son thème, se lève Neptune, l’astre de l’idéalisme, des chimères, de l’émotion, du rêve et des paradis artificiels aussi… Dalida est portée par le besoin de s’ouvrir sans cesse au monde d’où sa carrière internationale, cet astre lui confère une grande empathie mais dont elle se méfie grandement. Sa nature profondément marquée par le signe du Capricorne et la planète Saturne l’amène à devoir mettre une distance vis-à-vis des autres afin de se protéger, de goûter des moments de solitude pour se retrouver et faire le point sur elle-même. Son hyper sensibilité pour ne pas dire son hyper réceptivité que lui confère Neptune n’est pas exempte de désillusions, de blessure de l’âme. C’est l’aspect paradoxal de sa personnalité, elle se sent seule sans être solitaire…

 

Ses sentiments, sa façon d’aimer

Vénus symbole de l’amour, de la beauté et de l’expression artistique occupe aussi le signe du Capricorne. Cette position planétaire marque la profondeur de ses attachements. Dalida aime comme un cœur bat. Elle se donne corps et âme à l’être aimé. Mais cette expression absolue de l’amour ne reçoit pas toujours en retour ce qu’elle attend, espère. Dalida a besoin de chaleur, de démonstration, sans doute ressent-elle un sentiment d’abandon permanent, le sentiment de ne pas être réellement aimée. Il y a là une blessure, comme un manque d’amour impossible à combler. Vénus dans le signe du Capricorne, c’est la pudeur des sentiments, l’amour se vit dans la crainte constante de l’échec, de la perte de l’autre.

Sa vie amoureuse est ponctuée de pertes incessantes, de disparitions brutales et douloureuses. À chaque nouvel amour, la fatalité véhiculée par Saturne vient faucher son bonheur. Dotée de cette puissance remarquable, elle parvient à dépasser, sublimer ces tragédies par la création artistique propre à Vénus. C’est en puisant dans cette source vénusienne meurtrie qu’elle parvient à toucher l’âme, le cœur de son public. Chacun sent à travers elle résonner en soi son cri d’amour. Dalida fait de la tragédie de sa vie amoureuse un joyau artistique qu’elle nous donne comme une offrande. La Lune est dans le signe vénusien et artistique de la Balance à sa naissance. La Lune signe les sentiments, la féminité, la création, etc. En Balance, c’est la séduction, le charme, l’élégance dont Dalida est la personnification. Mais la Lune symbolise aussi le public et c’est là, auprès de son public, qu’elle goûte le bonheur, reçoit sa part d’amour qui lui est refusée dans sa vie intime, privée.

 

Le dernier et ultime envol…

Se consacrer uniquement à sa carrière, à son public ne saurait, hélas, combler ce manque d’amour qui la hante et la poursuit sans cesse. On ne peut éternellement donner sans recevoir. La sécheresse de Saturne, la planète de son signe le Capricorne, a eu au fil du temps (Saturne n’est-il pas le dieu du temps ?) raison d’elle et de sa soif de vie (Soleil) et d’amour (Vénus). Dans la mythologie, le Dieu Saturne dévore sa progéniture de crainte d’être destitué par elle. Dalida, fille du dieu Saturne, a vécu à la fois l’ascension, le succès et connu la chute propre au mythe de ce dieu. Elle met fin à ses jours dans la nuit du 2 au 3 mai 1987 en laissant ces derniers mots : « La vie m’est insupportable, pardonnez-moi. »

 

Fabrice Pascaud