Support divinatoire pour certains, miroir psychologique pour d’autres, le Tarot s’adresse avant tout à notre monde intérieur, à cette partie secrète qui attend qu’on lève son voile pour nous donner à voir et à comprendre notre présence au monde. Vingt-deux arcanes majeurs qu’il faut considérer comme un livre initiatique auquel il manque la reliure.

Cette reliure c’est à chacun de nous de la créer en fonction de notre parcours individuel et spirituel, car le tarot est avant tout un chemin initiatique qui s’ouvre par l’arcane I Le Bateleur jusqu’au Mat (l’arcane sans nombre). Et il ne saurait y avoir de chemin initiatique sans amour qu’il soit à la fois charnel et spirituel. Sur le plan de l’incarnation terrestre, l’amour a besoin de s’incarner dans une âme, un esprit et un corps. C’est pourquoi « Le tarot de l’art d’aimer » abordera essentiellement chaque lame sous cet éclairage, celui des sentiments et de l’amour. Nous découvrirons ainsi du premier au dernier arcane comment celui-ci vit sa passion amoureuse.

 

La roue de fortune

 

SA FAÇON D’AIMER

L’emballement amoureux dans toute sa splendeur avec tous les aléas que cela engendre. La roue de fortune exprime une grande sentimentalité, les sens sont aiguisés. On peut être sujet à des attirances inexplicables pour ne pas dire irrationnelles. D’où une perte de repères, on ne sait plus très bien où l’on va car les sentiments ont pris le pas sur soi et par conséquent sur la réalité. On ne voit plus les choses telles qu’elles sont, on se les imagine, on crée des illusions. L’attirance physique tend à prendre le pas sur la raison, la passion brûle tout.

Alors, bien sûr, le propre d’une roue c’est de tourner, et, immanquablement, survient le rendez-vous avec le réel. Celui-ci est souvent brutal, on tombe de haut, le sol se dérobe… C’est comme si le voile se déchirait, un saisissement s’ensuit et demande à ce que l’on rééquilibre les choses.(…)

PRÉCISION

Nous arrivons à présent à la moitié du chemin, L’arcane X – La roue de fortune symbolise la fin d’un cycle et l’amorce d’un nouveau. Donc, pour la relation entre La roue de fortune et Le Bateleur jusqu’à L’Hermite, lire les études précédentes.

 

ET SI LORS D’UN TIRAGE, LA ROUE DE FORTUNE RENCONTRE :

 

Indication : lorsque j’indique à la droite ou la gauche de tel ou tel arcane, la lecture se fait à partir de l’arcane et non à partir du lecteur. Autrement dit, à la droite de L’Hermite c’est l’arcane vers lequel se dirigent le regard et la lanterne de L’Hermite. À sa gauche, il lui tourne le dos.

Toujours se mettre à la place des arcanes afin de bien épouser leur cheminement.

 

LA FORCE : c’est le feu de la passion ! Ces deux lames s’attisent et s’attirent. Une aimantation irrésistible fait qu’elles ne peuvent s’éviter. L’amour est donc vécu dans une grande intensité. Le langage des sens s’invente, se réinvente… L’une et l’autre ressentent une urgence à vivre totalement, sans limites les sentiments qui les animent. (…)

 

LE PENDU : après une telle expérience liée à La Force, il faut se rétablir, recouvrer ses esprits… Un besoin de stabilité s’impose. Le Pendu marque ce besoin car La roue de fortune a bien du mal à le trouver, à réfréner ses ardeurs, ce désir de vivre hors des normes. Il s’ensuit un moment de profonde solitude (…)

 

Pour en savoir davantage, lire « Le tarot de l’art d’aimer » publié aux éditions Bussière