Le Tarot, support divinatoire pour certains, miroir psychologique pour d’autres, s’adresse avant tout à notre monde intérieur, à cette partie secrète qui attend qu’on lève son voile pour nous donner à voir et à comprendre notre présence au monde. Vingt-deux arcanes majeurs qu’il faut considérer comme un livre initiatique auquel il manque la reliure.

Cette reliure c’est à chacun de nous de la créer en fonction de notre parcours individuel et spirituel, car le tarot est avant tout un chemin initiatique qui s’ouvre par l’arcane I Le Bateleur jusqu’au Mat (l’arcane sans nombre). Et il ne saurait y avoir de chemin initiatique sans amour qu’il soit à la fois charnel et spirituel. Sur le plan de l’incarnation terrestre, l’amour a besoin de s’incarner dans une âme, un esprit et un corps. C’est pourquoi « Le tarot de l’art d’aimer » abordera essentiellement chaque lame sous cet éclairage, celui des sentiments et de l’amour. Nous découvrirons ainsi du premier au dernier arcane comment celui-ci vit sa passion amoureuse.

 

 

Tarot : La Justice (Arcane VIII)

 

SA FAÇON D’AIMER

La Justice ne se complait pas dans la facilité. Elle met de la grandeur dans tout ce qu’elle fait et vit. Ainsi en va-t-il de l’amour entier et intransigeant. Elle sait se montrer équitable et fait en sorte de ne jamais favoriser qui que ce soit. Elle aime avec toute la force de son âme et de son corps. Son expression amoureuse est loin d’être « désincarnée », pour elle l’amour est une totalité et se doit d’être vécu ainsi.

D’une fidélité absolue, elle en attend de même de son partenaire. En sa présence, on se sent protégé et soutenu tant son aura exerce de bienveillance. Dire que la passion soit son fort serait hasardeux. (…)

 

ET SI LORS D’UN TIRAGE, LA JUSTICE RENCONTRE :

 

L’IMPÉRATRICE : elle préside et se sent en parfaite possession de ses moyens. Rien ne peut perturber sa suprématie, rien, sauf, l’amour avec tout ce qu’il véhicule de sensations, de sentiments. Sur ce point, L’Impératrice n’a pas maîtrise. Et elle n’aime pas ça. La Justice l’invite à faire la part des choses, (…)

 

L’EMPEREUR : la droiture en personne ! Rien n’est pris à la légère. L’Empereur mène sa vie selon ses propres valeurs et sa vie sentimentale en va de même. Ça manque de spontanéité, d’élans, tout semble mesuré, voire calculé. Si L’Empereur est seul, il doit revoir ses priorités et ses valeurs, faute de quoi le célibat risque de persister. (…)

 

Pour en savoir davantage, lire « Le tarot de l’art d’aimer » publié aux éditions Bussière