Astro-Politique : Edouard Philippe

Edouard Philippe Premier ministre

La vie politique est ce qu’elle est. De-ci de-là, elle tangue, chancelle, divague. Rien de glorieux. On s’interroge. On s’inquiète. On s’insurge. On descend dans la rue hurler son indignation, à juste titre. Là où l’on attend de la grandeur ou à tout le moins de la tenue, il n’y a que des faux plis, des pas de travers, des entorses, etc. Mais au-delà du simple jeu des apparences et des intrigues s’agitent au fin fond des ressorts comportementaux des plus intéressants à observer, scruter, étudier. Nous n’avons pas fini de tuer la marionnette en soi pour paraphraser ce merveilleux esprit que fut Paul Valéry.

Force m’est de reconnaître que ce spectacle m’a rendu peu prolixe, m’a plongé dans un profond mutisme astral (!). Qu’en dire qui n’est pas désolant ? Plonger dans le marasme ambiant à l’aide du langage astrologique, quel intérêt ? Le but de l’astrologie n’est-il pas de nous élever, de nous hisser un peu plus chaque jour vers les étoiles pour suivre en parallèle nos constellations intérieures ? En nous, le pèlerin de Compostelle n’en finit jamais de cheminer tel Le Mat du Tarot de Marseille.

Mais cette attitude ne saurait se prolonger. Cette persistance laisserait la part trop belle au refus de s’inscrire, un tant soit peu, sur le terrain dit du réel — désormais la précision s’impose puisque le monde dit virtuel tisse et étend sa toile de plus en plus. Cette étude portera donc sur le Premier ministre.


Préambule…

Officiellement président de la République depuis le 14 mai, Emmanuel Macron a nommé au poste de Premier ministre M. Édouard Philippe né le 28/11/1970 à 8 h 45, Rouen (source Didier Geslain).

Dans le quotidien Le Monde du 15/10/2016, Emmanuel Macron alors ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique déclarait : Je ne crois pas au président normal. Les Français n’attendent pas cela. Au contraire, un tel concept les déstabilise, les insécurise », dénonçait-il, fustigeant « une présidence de l’anecdote, de l’événement et de la réaction [qui] banalise la fonction » […] Au contraire, la France a besoin d’un chef de l’État « jupitérien. »

Dire que l’inconscient d’Emmanuel Macron (né sous le signe du Sagittaire avec pas moins de quatre planètes dans le signe : Soleil Mercure Vénus Neptune) a de la suite dans les idées n’est pas une ironie car son Premier ministre, né sous la double signature du Sagittaire par la présence solaire et de l’ascendant, se trouve lui aussi sous la gouverne céleste de Jupiter. L’État voit donc à sa tête deux jupitériens ! Parler d’autorité ne semble pas un vain mot…

Cette nomination pose cependant une question : le président de la République a-t-il choisi son prolongement symbolique, étendant ainsi sa gouvernance pour ne pas dire une ‘sur Présidence’ ? De l’étude de février 2016 que je lui avais consacrée, j’extrais ce passage dans lequel il dit : [] il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort. La Terreur a creusé un vide émotionnel, imaginaire, collectif : le roi n’est plus là ! Propos solaires et joviens s’il en est !

Emmanuel Macron et Édouard Philippe : une résonance symbolique jupitérienne en commun. Deux forces ! Deux volontés ! Deux ambitions ! Jupiter ne partage pas ; il délègue, selon…

Penchons-nous à présent sur le thème du Premier ministre.


Thème d’Edouard Philippe

Édouard Philippe a pris ses nouvelles fonctions sous le transit de Jupiter en X. Notons aussi au passage qu’il est né sous le cycle de la Ve République : Jupiter Neptune (conjonction large 10°, certes). Sous la Ve, nombreuses sont les personnalités marquées par ce cycle ; parmi les plus notables : Charles de Gaulle (trigone) — François Mitterrand (carré) — Jaques Chirac (conjonction) — Nicolas Sarkozy (carré) — François Hollande (carré) — Ségolène Royal (trigone) — Jean-Marc Ayrault (trigone) — Lionel Jospin (trigone) – Alain Juppé (conjonction) — Manuel Valls (trigone) — Jean-Luc Mélenchon (opposition)…

 EDOUARD PHILIPPE

— Soleil

Sagittaire/Sagittaire. La position angulaire du Soleil à l’asc. (valeur XII) valorise le moi secondé par une forte volonté de puissance puisque sous la maîtrise de Jupiter, celui-ci siégeant en Scorpion, autre signe de pouvoir et de stratège s’il en est. Ce n’est pas trop s’aventurer de dire qu’Édouard Philippe a une haute estime de soi et qu’il aime occuper une place centrale tout en gardant une part de réserve pour ne pas dire de secret ceci par la position du Soleil en XII.

— Maison XII

Arrêtons-nous sur la forte concentration planétaire en XII : Soleil, Neptune, Lune et Jupiter. Le duo Jupiter Neptune est à son aise dans ce secteur du thème (maîtrise de Jupiter et de Neptune sur le signe originel de la maison XII, les Poissons). De prime abord, on serait tenté de dire que c’est l’homme du pouvoir dans l’ombre. Ce point est d’autant plus renforcé que Jupiter se trouve en Scorpion, signe faustien pétri de mystères pour lequel le silence est d’or. En tant que Premier ministre, M. Philippe va devoir s’exposer au grand jour par conséquent sortir de l’ombre alors que sa nature semble incliner naturellement vers cette dernière. Il y a là une sorte de contrariété, de paradoxe qui représente un défi à relever. Mais l’amas en Scorpion : Vénus (maître du M.C.), Jupiter (maître du Soleil, Mercure, Neptune et d’Asc.) et Lune lui fournit des atouts pour relever les challenges.

— Milieu du Ciel

L’autre « angularité » à noter est celle de Pluton proche de la cuspide du M.C. Là aussi, cet astre ayant maîtrise sur le Scorpion nous renvoie aux puissances nocturnes. Il maîtrise les trois astres en Scorpion précités parmi lesquels l’on trouve le maître de l’ascendant. Nous avons là tout un réseau de configurations qui parlent du pouvoir (Soleil Jupiter), de la finance (Pluton) et des réseaux occultes par la grande concentration en secteur XII. Sans omettre la maîtrise du Soleil sur la maison IX qui marque, entre autres, l’international.

Toujours dans le secteur X, se trouve Uranus conjoint au M.C. et un peu plus éloigné Mars. Ce M.C. est fortement encadré par trois planètes puissantes : Mars (l’action, le combat, l’élan), Uranus (l’indépendance, le libéralisme, la modernité) et Pluton (ploutocratie, puissance de l’ombre), notons au passage que Pluton maîtrise la maison XII…

Édouard Philippe adepte du clair-obscur ?

Par ailleurs, le duo Neptune Jupiter au lever inviterait à penser que cet homme pourrait pencher vers des valeurs dites de gauche (Neptune marquant l’humanisme, l’utopie, la fusion, le communisme, et Jupiter Neptune le socialisme). Mais la présence de Mars et Uranus et Pluton fortement angulaire en secteur X oriente vers les valeurs de la droite (libéralisme, finance, capitalisme). Il fut en 1990 militant au P. S. pour soutenir Michel Rocard puis ses ambitions l’orientèrent ensuite vers la droite. Dire que des valeurs humanistes l’animent n’est pas à mettre en doute mais son ambition le tire vers des valeurs plus pragmatiques symbolisées par le triptyque encadrant le M.C. Il tangue entre un Neptune au lever, fortement valorisé par sa conjonction aux deux luminaires (Soleil Lune) et Uranus Pluton à la culmination.

A ce sujet, il est intéressant de noter que le M.C. du thème d’Emmanuel Macron est encadré par Neptune et Uranus. Similitude symbolique et pas des moindres !

— Mars…

Arrêtons-nous quelques instants sur l’astre le plus rapide vers la culmination : Mars. Il se trouve en Balance donc en exil. Un astre en exil ou en chute ne perd en rien de ses valeurs intrinsèques, autrement dit Mars conserve sa puissance, son énergie mais en la circonstance celles-ci se mettent au service de Vénus, planète du signe de la Balance. Se dessine dans cette position l’axe de I à VII : moi et l’autre. Mars sous le contrôle de Vénus cultive les valeurs sociales, le besoin de servir, de combattre pour maintenir ou obtenir l’harmonie. Là où règne l’injustice, il sort son glaive. Une réception mutuelle régit aussi ces deux astres puisque Vénus se trouve sous la maîtrise de Mars (maître aussi du Scorpion) et inversement pour Mars maîtrisé par Vénus. D’aucuns pourraient voir dans ce Mars vénusien un indice de faiblesse. Ce serait trop vite oublier le phénomène de surcompensation[1] propre à toute planète en chute ou en exil. Le sujet ressent inconsciemment cette « faiblesse » et la surcompense. M. Édouard Philippe pratique la boxe — sport ô combien martien ! —, et ce, trois fois par semaine. De plus, Mars maîtrise la IV, la patrie, donc mettre son courage, son énergie au service de la terre mère anime son désir, son action. L’intellect, la communication sont symbolisés par Mercure en Sagittaire en I au sextile de Mars. L’ambition (maîtrise de Jupiter) est ainsi accentuée et soutenue par la vivacité de Mars, ce qui lui confère un mental de battant et de chef !

— Une détermination

Fermeté, sens des responsabilités et goût de l’ordre animent cet homme. Rien de tel que le tumulte, le désordre pour mettre en action ce Mars Balance à la culmination, surtout si ce désordre tant à mettre en péril l’État (Mars maître de la IV et le semi-carré Jupiter cuspide du M.C. auquel se greffe le sesqui carré de Saturne, les deux astres en opposition[2]). On peut donc s’attendre en cas de conflits sociaux à de la résistance de sa part, l’homme ne craint pas l’affrontement. Il mettra un point d’honneur à tenir ses engagements, appliquer le programme et se montrera inflexible, Jupiter n’aime guère que l’on contrarie ses plans, que l’on conteste son autorité.

Cependant, sa conjonction Lune Neptune XII l’aidera-t-elle intuitivement à ressentir les tensions et de fait à les anticiper afin de les mieux contrôler ? C’est possible car cette configuration marque une hyper réceptivité, d’autant qu’elle est angulaire à l’asc. La Lune maîtrise la VIII (à l’origine maison plutonienne et martienne) en Cancer, ce qui lui donne de la réactivité, de la perspicacité, et donc la possibilité d’avoir un coup d’avance sur ses interlocuteurs. L’homme a de la ressource et du courage à la fois mental et physique. Autant dire un Premier ministre qui saura se montrer à la hauteur de l’autorité que lui confère sa position.

Sur un autre terrain d’analyse, la Lune dans le thème d’un politique symbolise le peuple. Nous voyons la Lune encadrée par Neptune et Jupiter, principe d’élargissement, de débordement, la vague ne cesse de grossir, de prendre de l’ampleur. Peut-on lire dans cette configuration des manifestations de taille, la foule qui gronde, se fait de plus en plus entendre ? C’est loin d’être improbable. De plus, une Lune Scorpion laisse à présager de l’agressivité… Mais comme cette configuration est avant tout dans son thème et par conséquent le concerne en propre, nous pouvons aussi y lire sa capacité à affronter et trouver les moyens d’endiguer ces éventuels mouvements de masse. Gardons toujours à l’esprit qu’un aspect n’est jamais unilatéral.

— Vénus

Vénus en XI lui donne le sens de l’amitié, c’est là que sa séduction opère le plus. Peut-être tient-il le rôle de protecteur, de conseiller pour ses amis ? L’amitié et l’amour sont imbriqués, cette position planétaire indique parfois la rencontre de l’amour dans la sphère relationnelle ou amicale, on partage les mêmes valeurs, etc. De par sa maîtrise sur le M.C., l’amitié, les relations, les réseaux jouent et joueront toujours un rôle important dans sa carrière. Ce point se renforce par la maîtrise de Pluton conjoint cuspide du M.C. présent en IX et maître de la XII : les appuis sont puissants, secrets et vraisemblablement pour certains hors hexagone.

— Saturne

En l’absence de Saturne nulle structure possible, aucune vertébrale, c’est grâce à lui que l’on construit du solide, du durable. Il marque pour cela la rigueur, le temps comme le dit un adage zen : Le temps ni ne se traîne ni ne se hâte. C’est la clef de voute de l’édifice de chacun. Saturne prend place en Taureau. Signe fixe, de terre marquant le cœur du printemps, le Taureau est bien ancré dans le sol, la matière, il est pragmatique, besogneux et il avance à son rythme. Saturne en ce signe renforce la concentration, la ténacité (pour ne pas dire l’entêtement), le matérialisme, on pourrait parler d’oralité insatisfaite par l’opposition que cet astre entretient avec le maître d’asc. Jupiter et Vénus (maître du M.C. et aussi de Saturne). Alternance entre expansion et rétraction, satisfaction et insatisfaction. Le sujet doit redoubler d’efforts pour trouver son juste milieu. De plus, dans ce thème, Saturne a maîtrise sur la II (maison originelle du Taureau qui régit, entre autres, les finances). Saturne Taureau sur un fond fortement jupitérien exprime une tendance au conservatisme, ce qui va à contrario d’un Uranus culminant qui tend lui à aller vers l’émancipation, la modernité. Axe de tension intérieure accentuée par le sesqui carré de Saturne à la cuspide du M.C.

Édouard Philippe ou la formulation moderne du conservatisme ?

Pour conclure

Le Premier ministre présente une personnalité forte (Jupiter), directive (Mars culmination) non dénuée d’intuition, de capacité d’anticipation (Lune Neptune asc.) ce qui représente un atout étant donné les hautes responsabilités qui lui incombent. Mais sa nature hyper réactive d’une part et fortement ancrée dans ses convictions (Saturne Taureau) d’autre part peut l’amener à s’acculer dans des situations extrêmes pouvant le conduire à des rapports de force.  Tout dépendra des événements et des personnalités qui se dresseront sur sa route. Il peut être l’homme du tout ou rien !

Fabrice PASCAUD

 

 

 

 

[1] À ce sujet, avec un groupe d’ami(e)s astrologues, nous avions étudié les thèmes dits des super flics, des membres du R.A.I.D. et du G.I.G.N. Dans ce type de métier, tout laisse à penser que Mars occuperait une place prépondérante à forte valorisation. Or, nous avons constaté un très fort pourcentage de Mars en Cancer (chute) et Balance (exil). Pour le premier l’action s’oriente au service de la patrie, la terre mère (Cancer, IV) et pour le second la protection de l’autre, la justice (Balance, VII) le tout à travers des activités à haut risque symbolisées par Mars.

[2] C’est ce que j’appelle « la configuration du couperet » : opposition liée à un semi-carré et un sesqui carré. Aspect de tension extrême que le sujet est capable de s’imposer et par voie de conséquence d’imposer aux autres.

Mots clés :

Commentaires : 11 commentaires

  1. Eliane dit :

    Étonnante analyse qui laisse présager a court ou moyen termes des heurts avec le nouveau Président.
    À cette lecture et quand je vous consulterai à nouveau, j’aurai quand même la sensation d’être un cas anonyme peu captivant pour un astrologue si pointu en analyse.
    Bonne journée à vous Fabrice

    • Fabrice dit :

      Bonjour Eliane,
      un cas anonyme ? Comme vous y allez. Il n’y a pas de grands ou de petits thèmes, de brillants ou d’anonymes non plus. Un thème contient un potentiel, mais ensuite, tout un tas de paramètres entrent en jeu et viennent considérablement « interférer » dans la grille de lecture symbolique. Tout thème est donc passionnant et intéressant à étudier. A quelle octave le thème sera-t-il joué par l’intéressé(e), là est toute la question. On ne peut s’en faire une idée qu’en présence de la personne concernée.
      J’aurai grand plaisir à vous revoir
      Merci pour votre commentaire.

  2. Pat dit :

    Bravo et hyper intéressant… merciiii !

  3. Excellente analyse de votre part que je conforte sur le point précis de l’autorité sociale « jupitérienne » : l’encadrement du M.C par Uranus et Pluton + sextile à Lune pourrait indiquer :

    1) Une situation tendue voire explosive avec les syndiqués (Lune) qui défilent dans la rue.
    2) Uranus indique la fin rapide de la négociation et quelque peu brutale (Pluton) sur la loi Travail (en Vierge) en concordance avec la personnalité du Premier ministre que vous exposez parfaitement.
    3) Mercure en exil en Sagittaire indique bien les mouvements (défilés) vains.

    Bravo – Un ancien élève d’Hadès

    • Fabrice dit :

      Un ancien élève d’Hadès ! Mais qu’est-il devenu Hadès ? J’ai commencé l’apprentissage de l’astrologie avec l’une de ses élèves : Mme Claire Jakin. Mes premiers rudiments, cela remonte… à 42 ans ! Un demi cycle uranien.
      Merci pour votre commentaire et vos précisions.
      Vous êtes le bienvenu.

      • Bonjour Fabrice,
        Mon dernier contact téléphonique avec Alain Yaouanc date de 1984, époque de mes cours, il y a donc 33 ans. Environ dix années plus tard, un libraire de La Rochelle m’indiquait qu’il ne publierait plus et qu’il considérait son œuvre comme terminée. Je pense (j’espère) qu’il est toujours en vie. A vous lire, je vois que nous avons eu un socle commun d’études sur l’Astrologie traditionnelle. Je retrouve cet « apprentissage » dans vos écrits et c’est la raison pour laquelle je vous lis depuis le 16 juin 2012. Personnellement, j’avoue être assez peu vaillant sur la pratique du Tarot et du Yi King pourtant développés par Hadès et que vous pratiquez avec excellence. Mais j’ai pris une voie d’historien régional (Midi-Pyrénées) avec 27 ouvrages et de multiples chroniques historiques (907 depuis 2002) —> (blog.claudelarronde.fr.) pour « La Dépêche du Midi » et « La Nouvelle République des Pyrénées ». Mon signe Cancer (5/07/1939) sans doute… Merci pour votre réponse et une excellente santé pour vous et votre famille.

  4. Musso-Nay dit :

    Il est ainsi car il devait être très timide, avec sa III/IX Poissons/Vierge intercepté ? Donc, maintenant peut-être qu’il en met le plus, là, ou il y en a le moins.

    Merci Fabrice, je t’écris avec l’index de la main gauche

    • Fabrice dit :

      Timide… C’est possible. Mais il prend le dessus, il surcompense. Mais il reste cependant homme du retrait, du secret. Le poste de Premier ministre ne sera pas une mince affaire pour lui.

  5. Annie dit :

    Merci Fabrice pour cette étude dense. Vous mettez en relief cette ambivalence que présente ce thème. Moi-même astrologue, j’ai voulu rédiger une note sur ce thème mais n’y suis pas arrivée. Trop d’écartèlement selon moi, pas facile de s’y retrouver. Bravo pour votre courage et la qualité de vos analyses.

    • Fabrice dit :

      En effet Annie, je vous comprends. Cette étude n’a pas été simple, mais aucune ne l’est me direz-vous. Mais là, il y a cette ambivalence qui va devenir de plus en plus aiguë étant donné la fonction qu’il va devoir assumer. Combien de temps supportera-t-il une telle « dichotomie » ? Nous verrons, la situation y tiendra un large rôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *