Les transits d’un prix Goncourt…

En date du 1er juin, j’ai mis en ligne un document vidéo dans lequel Maurice Druon exprime son vif intérêt pour l’astrologie. Dans cet entretien, il raconte sa première rencontre avec une astrologue qui lui fait une prévision précise. Selon cette astrologue, le ciel de Maurice Druon lors de la première semaine du mois de décembre 1948 présente des configurations positives exceptionnelles pour sa carrière. À l’écoute de cette prévision, Maurice Druon en déduit que cette période correspond à la remise du prix Goncourt et que, par conséquent, il pourrait être l’heureux élu. Ce qui sera le cas puisque le 6 décembre 1948, on lui décerne le Goncourt pour son livre : Les grandes familles.

Devant un tel témoignage appuyé par des informations précises, j’ai donc regardé l’état du ciel pour le 6 décembre 1948  superposé au thème natal de Maurice Druon. La suite dans le document vidéo ci-dessous.

 

Fabrice Pascaud

 

Par |2018-06-02T08:55:10+00:002 juin 2018|Astrologie|4 Commentaires

À propos de l'auteur :

Astrologue et tarologue. 40 ans d’expérience. A été membre du comité de lecture de la revue « L’astrologue » fondée en 1968 par André Barbault. A exercé conjointement à son activé d’astrologue et de tarologue, le métier de journaliste durant 23 ans. Ses compétences ont été saluées par 4 étoiles dans le Guide de la voyance d’Anne Placier.

4 Comments

  1. Claudia 4 juin 2018 à 18 h 09 min - Répondre

    Merci Fabrice pour cette démonstration très pédagogique. J’aime beaucoup cette façon d’aborder l’astrologie, c’est vivant et clair. Continuez, s’il vous plaît. Merci aussi d’avoir insister sur les astres rapides car il est vrai que, personnellement, j’ai tendance à ne pas les prendre suffisamment en considération dans les transits. Et c’est une erreur que vous avez très bien démontrée.

    • Fabrice Pascaud 6 juin 2018 à 10 h 36 min - Répondre

      Merci Claudia, pour votre commentaire. En fait, il faut tout prendre en considération lors d’une interprétation car tout se met en résonance, en interaction, etc.

  2. David 2 juin 2018 à 13 h 42 min - Répondre

    Pour tout vous dire, par le passé, je ne voyais que par la révolution solaire. Puis un jour je me suis décidé à voir du côté des transits. Et là, ça a été une révélation, j’ai eu un tout autre éclairage. Depuis, j’ai totalement adopté cette technique. Ceci pour vous que je me range à votre analyse.
    Merci

    • Fabrice Pascaud 3 juin 2018 à 16 h 58 min - Répondre

      Bonjour David,
      merci pour votre commentaire. Je vois que l’expérience a parlé de votre côté aussi. Rien de tel que la pratique, l’observation attentive pour se rendre compte de la valeur des transits. Reste ensuite à en donner la bonne interprétation, mais celle-ci ne saurait se faire sans la participation du consultant, c’est lui qui est à même de dire dans quelle direction l’éventail symbolique a le plus de possibilités de se manifester. C’est pour cela que l’astrologie n’est pas un art divinatoire qui renferme la personne dans un destin, un déterminisme absolu. J’irais jusqu’à dire que l’astrologie restitue sa part de libre arbitre à l’intéressé, rompant ainsi avec ce sentiment faux et trouble « d’être né sous une mauvaise étoile ».

Laisser un commentaire