« Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !//Suspendez votre cours/Laissez-nous savourer les rapides délices/Des plus beaux de nos jours ! » (Le lac — Alphonse de Lamartine).

Ce temps auquel on aimerait tant échapper et qui nous rattrape sans cesse avec toujours quelques foulées d’avance. Ce temps, implacable, qui emporte au loin, très loin les êtres chers. Ce temps qui rythme les cycles planétaires. Ces cycles qu’André Barbault a tant scrutés, étudiés, parcourus d’ici-bas.

1er octobre 2021, ce jour marque l’anniversaire de ses 100 ans. Je parle au présent car sa voix, ses paroles m’accompagnent. Nos rendez-vous me manquent.

Pour célébrer cette date anniversaire, je préfère me taire, garder jalousement en moi ces souvenirs précieux, et lui céder la parole.
Je partage donc deux documents vidéos de nos entretiens filmés par Fabrice Maze en janvier 2010. Ils sont de très moyenne qualité car j’ai dû les convertir et les compresser, mais la présence est là.

Dans le premier, je questionne André sur l’avenir de la psychanalyse. Dans le second, nous survolons le thème d’André Breton.

Fabrice Pascaud