Support divinatoire pour certains, miroir psychologique pour d’autres, le Tarot s’adresse avant tout à notre monde intérieur, à cette partie secrète qui attend qu’on lève son voile pour nous donner à voir et à comprendre notre présence au monde. Vingt-deux arcanes majeurs qu’il faut considérer comme un livre initiatique auquel il manque la reliure.

Cette reliure c’est à chacun de nous de la créer en fonction de notre parcours individuel et spirituel, car le tarot est avant tout un chemin initiatique qui s’ouvre par l’arcane I Le Bateleur jusqu’au Mat (l’arcane sans nombre). Et il ne saurait y avoir de chemin initiatique sans amour qu’il soit à la fois charnel et spirituel. Sur le plan de l’incarnation terrestre, l’amour a besoin de s’incarner dans une âme, un esprit et un corps. C’est pourquoi « Le tarot de l’art d’aimer » abordera essentiellement chaque lame sous cet éclairage, celui des sentiments et de l’amour. Nous découvrirons ainsi du premier au dernier arcane comment celui-ci vit sa passion amoureuse.

 L'IMPERATRICE (Arcane III)

 L’IMPÉRATRICE Arcane III

 

SA FAÇON D’AIMER

Elle exprime la jeunesse, l’effervescence, la vitalité. Le désir (symbolisé par la partie inférieure rouge de sa tunique) est l’une de ses forces. Elle sait très bien l’utiliser sur tous les plans de son existence. Elle aime ou elle n’aime pas, elle n’est pas l’adepte de la demi-mesure. Mais quand elle aime, il faut qu’elle possède en totalité l’autre. Il doit pratiquement « se soumettre » à ses pulsions, lesquelles sont fortes pour ne pas dire « vampirisantes ». Souffle un petit vent de folie dans sa façon d’aimer.(…)

 

ET SI LORS D’UN TIRAGE, L’IMPÉRATRICE RENCONTRE :

 

LE BATELEUR : ils se toisent, se jaugent, le pouvoir de séduction est grand d’un côté comme de l’autre. C’est la rencontre de l’ardeur, de la jeunesse avec tout ce qu’elle peut avoir d’insouciance et de spontanéité. Chacun peut être le jouet de ses propres illusions. L’Impératrice croit manipuler Le Bateleur et lui pense l’illusionner. (…)

 

LA JUSTICE : retour à soi, aux responsabilités liées à la fois à la vie sociale et intérieure. Sur ce dernier point, La Justice lui demande de tirer au clair certaines zones d’ombre relative à sa vie affective et amoureuse. Si L’Impératrice entretient une amitié amoureuse, un choix s’imposera inexorablement. (…)

Pour en savoir davantage, lire « Le tarot de l’art d’aimer » publié aux éditions Bussière

Fabrice Pascaud