L’arcane sans nom ou lame XIII du Tarot de Marseille intrigue, impressionne voire effraie. Il ne laisse pas indifférent. C’est ce qui ressort des messages que vous m’adressez à son sujet. Je prends donc un peu de temps pour vous donner mon regard sur cet arcane. Je précise que j’avais déjà abordé, dans un autre contexte, cette lame dans un article intitulé « Convocation du symbole » que vous trouverez ici.

Mon propos reposera principalement sur le cheminement intérieur qu’induit la vision globale du Tarot de Marseille.

Tout d’abord, il est essentiel de ne pas perdre de vue la place qu’occupe la lame dans le cheminement du Tarot. L’arcane XIII (L’arcane sans nom) est précédé de la Lame XII – Le Pendu et se dirige vers la Lame XIIII – La Tempérance.

Pour en avoir une bonne compréhension, il faut s’attarder sur Le Pendu, la lame précédente.

Le Pendu montre un personnage suspendu par un pied (le tendon d’Achille ?), les mains dans le dos et la jambe droite repliée derrière la gauche. Malgré une apparente verticalité, cette lame contient un mouvement interne, c’est-à-dire une obligation de revoir sa position présente, de devoir s’aligner sur d’autres valeurs. Le Pendu est pris dans un balancement, autrement dit une alternance, une mobilité contre laquelle il est vain de lutter. L’élément air a partie liée avec Le Pendu, et l’air est en rapport avec le mouvement, la transmission, l’échange, la communication. Il attise aussi le feu, le maintient en vie, et analogiquement le feu est associé au sang, au cœur. Dans cette position, le sang descend à la tête du personnage. Il le nourrit donc d’une nouvelle énergie, mais celle-ci demande à être canalisée, car trop puissante elle peut s’avérer nuisible. Le feu a une double fonction, il purifie ou brule. L’expression : « sentir le sang monter à la tête » est révélatrice d’un feu intérieur qui monte, envahit la personne au point de lui faire perdre raison. Par conséquent, si Le Pendu ne veut pas perdre le fil, conserver sa lucidité, il est impératif pour lui de procéder à une remise en ordre de sa situation, laquelle apparaît fort inconfortable et instable.

Le Pendu - Arcane XII

Ses mains sont cachées. Il est donc pied et mains liées. Autrement dit, coincé, ayant peu de marge de manœuvre. Le fait que la jambe droite soit libre montre que ses forces d’action ne sont pas entièrement handicapées. Le côté droit symbolise l’avenir, l’extériorisation. Il a encore de la ressource, mais il n’a pas d’assise pour parvenir à prendre son nouvel élan. Et comment le pourrait-il dans une telle position ? Il est balloté par les événements, en proie aux aléas de la vie, il va selon où souffle le vent. Sa seule issue : se libérer de ce qui entrave son évolution, son avancée. Comment ?

C’est par un renversement de perspective. Si l’on retourne cet arcane, immédiatement, nous en avons une tout autre perception. Le personnage apparaît en état de lévitation, d’apesanteur. Il lui suffit de couper le lien, de rompre l’attache pour qu’il prenne son envol, qu’il détale vers sa propre destination. C’est là qu’intervient la lame XIII ou L’arcane sans nom.

12 - le_pendu

L’Arcane sans nom délie Le Pendu de ce qui le rattache à sa propre histoire, de façon à ce qu’il puisse se libérer de sa mobilité statique à la fois intérieure et extérieure. L’Arcane sans nom symbolise donc la nécessité de devoir en passer par une transformation qui implique la totalité de l’être. Il tranche à la base, il ne se contente pas d’élaguer mais va jusqu’à la racine des choses. Il est le maître d’œuvre de sa propre transformation. Cette dernière symbolisée par un squelette de couleur chair sous-tend une nouvelle carnation qui passe au préalable par une désincarnation. C’est en cela que cet arcane véhicule l’idée de la mort, mais dans l’acception de mourir à un état pour renaître à un autre.

L'Arcane sans nom - Lame XIII

Ne jamais perdre de vue qu’il est actif, donc vivant ! C’est là que réside le paradoxe de cette lame que l’on appelle à tort La mort dans un grand nombre de tarot. Cet arcane n’a pas de nom, et ce non-dit véhicule un sens précis qu’il convient de ne pas « escamoter » (ce qui ramène à L’arcane I Le Bateleur) par une approche exotérique dont l’évidente apparence ne fait que fausser le sens ésotérique initial. Ne jamais oublier que donner un nom c’est assigner un but et une fonction. Là, il s’agit du nombre XIII, une valeur numérique qui a pour fonction de s’additionner aux autres donc d’insuffler une nouvelle énergie, une nouvelle pulsion de vie.

C’est une force de régénération qui anime cet arcane, Tout ce qui ne se régénère pas dégénère déclare le sociologue et philosophe Edgar Morin. Toute libération contient la notion de sacrifice, c’est-à-dire vivre en pleine conscience cet acte libérateur, dut-il en coûter de difficultés et d’incertitudes. Ne pas oublier que la lame XIII s’oriente vers La Tempérance. Cette lame exprime la sagesse, la méditation pour laisser place à une réflexion dégagée de toutes les contingences du monde dit phénoménal. L’arcane sans nom induit aussi l’idée de transition, de passage (pas sage). L’être doit encore s’éprouver, se mettre à l’épreuve pour atteindre la sérénité symbolisée par La Tempérance, laquelle marque une nouvelle perception du temps (Tempérance : temps et errance : errer dans l’erreur).

Comment la considérer lors d’un tirage du Tarot ?

Vous avez remarqué que l’iconographie de cet arcane suscite souvent de l’inquiétude de la part de celle ou celui qui le sort. Dans ce cas, il convient de calmer le jeu, de connaître la situation de l’intéressé(e) de manière à ne pas verser dans une interprétation de bas étage du type : Maison-Dieu + Le Chariot + L’arcane sans nom = grave accident de voiture ou Arcane sans nom + La Justice = ruine ! On verse là dans une forme d’imprégnation psychique très grave puisqu’elle place la personne devant un événement qui ressortirait du fatum. La pire des façons de pratiquer le tarot.

Lorsque L’arcane XIII apparaît dans un tirage, il faut impérativement l’interpréter en fonction des lames qui l’entourent. Il est préférable de ne jamais l’interpréter isolément (ceci est du reste valable pour toutes les lames du tarot mais en particulier pour cette lame). Par exemple, si vous avez l’habitude de pratiquer le tirage du jour, c’est-à-dire tirer une lame le matin pour avoir une idée de l’atmosphère de la journée et que L’arcane sans nom sort, il faut dans ce cas tirer une autre lame afin de les conjuguer ensemble.

Globalement et en fonction du secteur dans lequel se situe cet arcane, la personne va devoir revisiter de fond en comble la situation qui la préoccupe. Elle devra procéder à une analyse approfondie des choses, accepter de marquer un temps d’arrêt afin de bien prendre conscience des tenants et des aboutissants. Si ce n’est pas d’elle que vient cette nécessité, il est probable que ce soit dans ce cas un événement extérieur qui l’obligera à se remettre en question et à devoir vraisemblablement redéfinir ses objectifs voire se réorienter.

Sur le plan affectif et sentimental, cet arcane peut marquer des coupures, la nécessité de faire le point sur la relation, la personne peut sentir que quelque chose est en train de muer en elle et ne parvient pas à en comprendre exactement le pourquoi. Passage fragile qui réclamera beaucoup de prudence. Dans le cas où la personne serait seule, L’arcane XIII peut marquer la fin du célibat, et un renouveau sentimental. Ou la personne fait le deuil de sa vie sentimentale sans que cela soit un poids pour elle, elle se sent libérée et capable d’envisager sa vie sous un autre jour. Ne jamais oublier la notion de mort et de renaissance de cette lame, ce en quoi elle est étroitement liée à la symbolique de Pluton en astrologie.

Sur un autre plan, L’arcane sans nom a une grande portée spirituelle. Elle signe la capacité d’analyse, d’introspection, d’intuition, de puissances psychiques. Par exemple, il n’est pas déplacé lorsqu’une personne traverse une phase très difficile, et que cet arcane sort en position de force, de lui conseiller de suivre une psychothérapie ou autres. L’aptitude à explorer les profondeurs de la psyché est du registre de cet arcane. L’individu est en état d’entreprendre ce grand voyage intérieur.

Je ne vais pas pousser plus avant les exemples, car chaque cas est unique et demande à être étudié avec prudence.

Ce qu’il faut retenir c’est que L’arcane XIII marque une transition dans la vie d’un sujet. Cette transition peut revêtir différents aspects mais le point commun se résume en ces termes : crise — transformation — nouveau départ. Abandonner les résistances et accepter le lâcher-prise.

Pour conclure

— Ne pas occulter la mort.

La personne peut être confrontée réellement à la question de la mort, la sienne ou celle d’un proche. J’ai vécu cette situation avec une personne qui était médicalement condamnée, et son tirage fut : L’arcane sans nom et Le Monde. Pour elle, la mort était attendue comme une libération. La fin de son parcours fut doux, sans crainte, elle quitta son enveloppe terrestre dans la paix. Ce qui ressort de la symbolique de la lame XIII et XXI. Là aussi, renversement de perspective : la peur de la mort est devenue la mort de la peur.

Mais il y a tant d’interprétations à donner pour un même tirage… Avoir l’âme attentive et prendre en considération la réalité de l’autre.

Fabrice Pascaud