André Barbault – L’astrologie au cœur

Au-delà de l’affection et du très grand respect que je porte à André Barbault, je partage cet extrait du DVD : « André Barbault, l’astrologie au cœur » pour insister sur l’extrême fragilité de la prévision astrologique et de l’infini recul qu’elle réclame.
Après un échec prévisionnel retentissant, nous voyons avec quelles prudence, patience et humilité André a procédé à son autocritique d’une part, et repris ses travaux en revenant au B.A. BA d’autre part. L’observation, la vérification et des résultats concrets. Ce fut sa ligne de conduite durant sa longue, brillante et exceptionnelle carrière d’astrologue. Il a servi cet art avec passion, courage (il en faut pour faire de la prévision) et rigueur.

Dernièrement, un sondage indiquait que 72 % des jeunes de 17 à 19 ans se passionnaient pour l’astrologie. Ce pourcentage a de quoi ravir, cela montre la permanence et l’attrait que le verbe du cosmos continue d’exercer. Mais cet engouement pour aussi positif qu’il est ne saurait masquer une absence de rigueur. Une abondance de livres au visuel soigné avec un ton moderne, mais sur le fond, ils ne vont pas très loin. On veut arriver à Uranus sans en passer par Saturne. Conséquence : pas de socle, de vertébrale, tout est mouvant, instable. Puisse cet élan passionné se densifier et se structurer.

 

Tradition ? Vous avez dit, Tradition ?

Quand on me demande : « Quelle astrologie pratiquez-vous ? », je réponds :  l’astrologie traditionnelle. De nos jours, il est de bon ton de la décrier avec des arguments qui prouvent dans leur grande majorité une méconnaissance totale de ce qu’elle est fondamentalement. Un courant astrologique novateur et réformateur (bien entendu) déclare péremptoirement que les conjonctions ne donnent rien. Il fallait oser ! C’est consternant, et ça fait école. La conjonction, faut-il le rappeler, est l’œuf, le creuset à partir desquels se forment tous les aspects et les cycles planétaires.
Est-ce à dire que je suis à genoux devant la tradition au point de me masquer ses zones d’ombre, de faiblesse ? Certes non ! Si je respecte et ai intégré beaucoup de ses fondements, je ne rechigne aucunement à la remettre en question. C’est ma façon de lui rendre hommage en la faisant évoluer, mais sans la répudier pour autant.

Il est manifeste que l’homme du 21e siècle ne vit plus Saturne à la même cadence que celui du 18e, 19e voire 20e siècle. Nous sommes à l’ère du toujours davantage plus et toujours rapidement plus vite. Autrement dit, le Saturne de l’avidité, de l’impatience et de la frustration. Et il en va de même pour Uranus l’éveilleur qui se meut en agitateur, Pluton, le grand alchimiste qui voyage dans les limbes et la boue, etc. Se forger « la cuirasse de cristal tenant à l’abri de toutes contagions » comme l’a si bien formulé André Breton est la tenue à adopter si l’on ne veut pas sombrer dans un chaos intérieur.

 

Retour… vers le futur

Mais revenons au cycle Saturne Neptune dont il est largement question dans l’intervention d’André Barbault.

Au fil du temps, nous avons pu lui donner une valeur symbolique par rapport à ses rendez-vous avec l’histoire collective. Ce cycle a rythmé une bonne part de l’histoire du communisme et de l’URSS, la révolution de 1917, la mort de Staline, la chute du mur de Berlin, etc. Actuellement, nous sommes confrontés à la guerre Russie Ukraine. Ledit cycle se reformera le 20/02/2026 à 0°/Bélier sans omettre le semi-sextile qui aura lieu le 6/01/2023. Pouvons-nous espérer une avancée progressive positive à compter dudit semi-sextile jusqu’à la reformation du cycle en février 2026 qui marquera une solution définitive entre la Russie et l’Ukraine ? Le cycle sera soutenu par deux sextiles et pas des moindres puisqu’ils viendront de Pluton et Uranus. On peut grandement l’espérer.

Cycle Saturne-Neptune 20/02/2026

Pour ma part et je ne suis pas le seul, j’aimerais que cette guerre prenne fin au plus vite. C’est ce désir qui m’a « aveuglé » et conduit à un emballement lorsqu’après avoir annoncé que Poutine entrerait en guerre contre l’Ukraine j’avais embrayé en laissant entendre que cette guerre serait de courte durée. Trop de mises enthousiastes sur la conjonction Soleil Jupiter Neptune/Poissons en oubliant que Neptune est favorable à la Russie, donc, cette conjonction a joué « en faveur » de la guerre déclarée par la Russie. Certes, nous ne sommes pas allés vers une guerre mondiale comme je l’avais précisé d’emblée (le sextile Neptune Pluton va aussi en ce sens), mais la guerre économique l’est. Sur ce point, nous voyons le débordement Neptune/Poissons à l’œuvre. Tant que Neptune voguera dans les eaux des Poissons, nous serons confrontés à de l’indéfini, du flou, de l’impalpable, de la confusion à tous les étages. Neptune n’a pas la fibre de la matérialité, du monde phénoménal, ce n’est pas sa fonction symbolique et essayer de le matérialiser c’est vouloir construire une cathédrale sur du sable mouvant. Par conséquent, la méfiance, le discernement sont hautement nécessaires.

Certes sur un autre plan, Neptune favorise l’éclosion de profonds questionnements intérieurs. Il soulève des questions d’ordre spirituel dans l’acception large du terme, et marque donc d’importantes remises en question chez un grand nombre d’entre nous : « Quel sens vais-je donner à ma vie ? ». On ressent qu’on ne peut plus reposer uniquement sur un matérialisme pur et dur. En ce sens, le cycle Saturne Neptune/Bélier, comme je l’ai souvent exprimé dans de précédents articles, marquera l’entrée dans une ère nouvelle où la pensée dite rationnelle (Saturne) rejoindra la pensée[1] spirituelle (Neptune). Il y aura, non pas une fusion des savoirs, mais une mise en parallèle, l’un éclairant ou affirmant l’autre. Irons-nous par étapes à la fin des antinomies tant prônée par le surréalisme, mais aussi et surtout par les grands textes de la Tradition ésotérique ? Une telle vision aurait sur l’existence une portée extraordinaire et transformerait du même coup notre rapport au réel. D’aucuns me rétorqueront que c’est de l’utopie, et je l’accepterais bien volontiers. Mais les forces de l’esprit existent et je reste persuadé qu’elles ont leur champ d’action et peuvent de fait infléchir le réel.

Cycle Jupiter-Uranus 20/04/2024

Mais nous n’y sommes pas encore et, en attendant, nous allons vivre la rétrogradation de Mars en Gémeaux dont j’ai déjà parlé (voir ici) et le renouveau du cycle Jupiter Uranus/Taureau à compter du 21/4/2024. Ce cycle va préfigurer, comme je l’avais évoqué dans de précédents articles, la mise en place constante de la dématérialisation de l’argent en espère. Nous passerons à l’argent virtuel ou numérique. Lire article de Courrier international de juin 2022 : Courrier International 18 août 2022

 

Fabrice Pascaud

 

 

 

[1] Le terme pensée est fort discutable si l’on se penche sur le fait qu’il faut échapper au mental.